Sélectionner une page

[ad_1]

Raul Midón a rencontré Lionel Loueke pour la première fois lorsque le guitariste et chanteur né au Bénin était membre du groupe de trompettiste Terence Blanchard, qui travaillait sur la partition du film de Spike Lee «She Hate Me», publié en 2004. interprète la chanson thème du film, «Adam n 'Eve n' Eve», une pièce qui rend compte de l'enchevêtrement de la politique sexuelle de Lee.

Midón, un chanteur et guitariste singulier, a reconnu un esprit semblable à Loueke, et cette première rencontre a semé une graine qui a été nourrie l’année suivante lorsque Midón a rejoint Herbie Hancock dans le studio pour enregistrer «Je viens d'appeler à dire je t'aime ”Pour l'album du pianiste“ Possibilités ”(Vector / Hear Music).

À ce moment-là, Loueke avait rejoint le groupe de Hancock. Depuis, il tourne et enregistre avec le pianiste, claviériste et compositeur avant-gardiste. Mais il profite du groupe Hancock pour entamer une nouvelle collaboration avec Midón, un duo fraîchement frappé qui se produit lundi au Kuumbwa Jazz Center de Santa Cruz et mercredi au Freight & Salvage de Berkeley (ils donnent également un cours magistral au California Jazz Conservatory le Mardi soir).

Frappé par le son de Loueke lors de la première rencontre, Midón est impatient de commencer à explorer avec un joueur qu’il décrit comme «tout à fait unique. Il y a beaucoup de bons guitaristes dans le monde, mais Lionel apporte ses influences africaines et possède une parfaite maîtrise intellectuelle du jazz et d'autres musiques. Plutôt que d’arroser nos affaires pour qu’elles s’harmonisent, j’espère que nous serons nous-mêmes. »

Les deux joueurs sont des maîtres confirmés pour maintenir leur singularité tout en collaborant avec d'autres chercheurs créatifs. En 2011, Midón s'est associé à une autre star du jazz d'Afrique de l'Ouest pour présenter un ensemble palpitant au Festival de jazz de Monterey avec le bassiste / chanteur camerounais Richard Bona. En 2016, il a rejoint le Monterey Jazz Festival on Tour avec ses amis Ravi Coltrane, Nicholas Payton, Gerald Clayton, Joe Sanders et Gregory Hutchinson.

À la fin de la course, il était si à l'aise avec ses camarades de la MJF qu'il a recruté Clayton et Hutchinson comme section rythmique de son prochain album, «Bad Ass and Blind», acclamé en 2017, une auto-description d'une précision désarmante. Tandis que Midón a la technique pour accrocher avec des artistes de jazz de haut vol, il se voit comme un voisin du jazz.

"Je suis attaché à mon propre univers, un lieu où le jazz figure mais ne le définit pas", dit-il. «Je me considère comme un auteur-compositeur. Une des choses que le travail avec les gars de Monterey m’avait permis de faire, c’était d’écrire dans un style modal linéaire, ce que j’ai toujours voulu faire. ”

Né dans une région rurale du Nouveau-Mexique, Midón et son frère jumeau ont perdu la vue en tant que nouveau-nés. Son père, un danseur de tango argentin, a réalisé que son fils avait un lien profond avec la musique quand il était petit. Midón a commencé à développer son approche idiosyncratique de la guitare inspirée par son amour des percussions latines, en particulier les bongos et les congas.

Diplômé du programme de jazz respecté de l’Université de Miami en 1990, il se rend à New York et commence à travailler régulièrement en tant que musicien de studio, contribuant au chant sur des enregistrements de stars de la musique latine telles que Shakira, Alejandro Sanz et Julio Iglesias. Mais désireux de créer sa propre musique, il abandonna le travail de session relativement lucratif et misa sur son propre talent d'interprète.

Le parcours de Loueke est tout aussi improbable, le conduisant d’une famille pauvre mais bien éduquée du Bénin à une bourse pour aller au Berklee College of Music de Boston, avec des arrêts pour étudier en Côte d’Ivoire et à Paris. Il a trouvé les collaborateurs idéaux du batteur hongrois Ferenc Nemeth et du bassiste suédo-italien Massimo Biolcati, camarades de classe de Berklee, avec qui il a postulé à l'Institut Thelonious Monk.

Premier groupe de musiciens à être accepté dans le prestigieux programme d’études supérieures, le triumvirat a mis au point un son merveilleusement spacieux, centré sur le travail de guitare à percussion de Loueke, une approche marquée par des accords idiosyncratiques, des harmoniques étranges et des sons de carillon. Le trio continue de jouer et d’enregistrer (avec un nouvel album à paraître à l’automne), mais Loueke est devenu un catalyseur de création inestimable pour de nombreux improvisateurs de jazz.

Ces dernières années, il a contribué de manière significative à «Radio Music Society» d'Esperanza Spalding (Heads Up International), à «XXI Century» de Gonzalo Rubalcaba (5Passion), à «Aziza» de Dave Holland (ECM) et au «Papillon chinois» du groupe Chick Corea / Steve Gadd. ”(Stretch Records).

Ni Loueke ni Midón ne sont vraiment certains de ce qui va se passer quand ils commenceront à jouer ensemble régulièrement, "mais je pense que ce sera une belle combinaison de nos univers musicaux", a écrit Loueke dans un courrier électronique. "J'espère seulement que le public appréciera la musique autant que nous l'apprécierons."

Contactez Andrew Gilbert à jazzscribe@aol.com.


RAUL MIDÓN & LIONEL LOUEKE

Quand où: 19h Le 17 juin au Kuumbwa Jazz Center, Santa Cruz; 36,75 $ – 42 $, 831-427-2227; 20h Le 19 juin à Freight & Salvage, Berkeley; 30 $ à 34 $; 510-644-2020,

[ad_2]