Sélectionner une page

[ad_1]

Photo gracieuseté de l'artiste.

Avec plusieurs diplômes en jazz et en improvisation, et un large éventail de compétences et d'intérêts, Utsav Lal a trouvé une niche relativement inexplorée en tant que pianiste dans le monde de la musique classique indienne. Après avoir étudié avec des professeurs de légende indiens classiques, notamment Wasifuddin Dagar et Sharat Srivastava, le résultat est un jeune pianiste avec une approche méditative, patiente et puissante du piano. Ce mercredi, Lal présentera deux ensembles de musique à la Jazz Gallery: le premier ensemble une exploration traditionnelle d'un seul raga suivi d'une ou plusieurs compositions, et le second une présentation de compositions mettant en vedette le tabla. Nous avons longuement discuté avec Lal de son déménagement à New York et de son approche de l'apprentissage de la musique classique indienne au piano.

The Jazz Gallery: Merci d'avoir pris le temps de discuter. Où vivez-vous maintenant?

Utsav Lal: Je vis à Bushwick depuis un peu plus d’un an maintenant. C’était super. New York, c'est comme un troisième cycle scolaire, en quelque sorte. C’est incroyable d’arriver et de rencontrer autant de gens. J'avais rencontré beaucoup de gens vivant à New York pendant que je vivais à Boston et que j'étudiais au NEC, et Boston était super, mais les choses semblaient quelque peu détachées de faire de la musique ou de voir comment tout cela s'accordait.

TJG: Comment le fait d'être musicien à New York se sent-il plus connecté à la réalité de ce qu'est la musique pour vous?

UL: Il y a beaucoup plus à faire rebondir. À l'école, du moins à Boston, ce sont surtout des élèves. À l'école, vous travaillez dur et interagissez avec vos pairs, ce qui était formidable à NEC car nous venons tous de ces endroits différents. Mais c'est une petite école. J'ai déménagé à New York, et maintenant je rencontre des gens d'horizons complètement différents, des gens qui ne sont pas allés au conservatoire, des gens qui travaillent des musiciens depuis quarante ans et qui ont une éducation et une énergie complètement différentes. J'apprends tellement de choses sur différents styles de musique, et il y a tellement de façons d'obtenir différents types de retours, perspectives, opinions. Il y a des gens avec qui je joue qui sautent dans les trains depuis qu'ils se sont enfuis de la maison à un jeune âge. Je vis avec un gars qui m'a appris ces incroyables chansons country. J'obtiens toutes ces nouvelles perspectives et j'ai vu comment les gens réagissent à mon perspective aussi. De plus, c'est une grande communauté. Les gens voyagent vraiment à travers la ville pour se voir.

TJG: Dans ce nouvel environnement, qu'avez-vous remarqué au sujet de votre jeu de piano?

UL: Je joue de la musique classique indienne au piano, un instrument qui n'est pas vraiment adapté au genre. Beaucoup des choses les plus spéciales sur ce genre de musique ne peuvent pas vraiment être faites au piano. Pendant mes études de jazz et ma formation de piano classique, j'ai écouté des pianistes très spécifiques au genre, comme Bill Evans, Keith Jarrett, Brad Mehldau, Wynton Kelly et les figures classiques équivalentes. Donc, le plus grand changement pour moi ces derniers temps a été de trouver des pianistes qui ne sont pas si faciles à mettre dans une boîte basée sur comment et ce qu'ils font, des pianistes qui sont en phase avec leur éducation et leurs expériences de vie.

Un pianiste qui m'intéresse particulièrement est. Elle a appris le piano classique quand elle était jeune, a dû fuir l'Éthiopie et a dû vivre dans tous ces différents endroits. Elle a passé des années dans un monastère, peu en contact avec quoi que ce soit d'autre, et joue de belles adaptations improvisées de musique folk ainsi que ses propres compositions. Elle a une façon complètement différente de pédaler, de phraser, de composer, d'improviser. La musique est sa vie.

TJG: À la Jazz Gallery, je sais que la soirée sera divisée en deux sets. Avec le premier set, Alap-Jod-Jhala, allez-vous improviser sur un seul raga?

UL: Oui, et je jouerai probablement quelques compositions à la fin de cela. J'ai étudié avec Wasifuddin Dagar qui est issu d'une famille historique de musiciens indiens. Ils jouent principalement de cette manière traditionnelle hardcore. L'Alap-Jod-Jhala se développe lentement, note par note, et dure généralement de quarante minutes à une heure. C'est le corps principal de la performance, puis ils jouent généralement une composition à la fin de cela. Je ne sais pas encore quel raga je vais exécuter – il est souvent agréable de décider quand j'arrive dans l'espace. Je jouerai probablement l'Alap-Jod-Jhala de manière super traditionnelle pendant 30 à 40 minutes, puis je jouerai quelques compositions. Pour la seconde moitié, je serai rejoint par Mir Naqibul Islam sur Tabla, et nous jouerons quelques compositions classiques indiennes traditionnelles de la manière traditionnelle, puis jouerons quelques morceaux à la fin.

TJG: Parlez-moi de votre approche personnelle pour vous familiariser avec un raga.

UL: La façon dont mon professeur enseigne est que tu restes assis là pendant trois ou quatre heures. Il chante une phrase, vous la jouez. S'il n'aime pas la façon dont vous l'avez joué, il continuera de le chanter encore et encore. Une fois que vous obtenez une phrase, il en chante une autre, et ça continue comme ça. Si vous avez des questions, il peut y répondre ou non. Grâce à la répétition, ce qui est important commence à coller. C’est une manière très organique, belle et à grande échelle. Vous commencez progressivement à vous faire une idée des règles, et lorsque cela se produit, vous jouez simplement. Vous déterminez les phrases de base, les idées de base, les façons dont vous pouvez exprimer ces idées et improvisez avec toutes ces choses. J'écoute aussi beaucoup les mêmes ragas interprétés par différentes personnes, car chacun a des perspectives différentes. Il existe une énorme quantité de ressources pour développer la pratique et le style.

TJG: Merci d'avoir bavardé – nous sommes ravis de vous avoir à la Galerie!

UL: Je suis ravi d'être là. J'ai été dans le public de la Galerie pendant tant d'expositions au cours des dernières années, et j'ai vraiment hâte d'y jouer.

La Jazz Gallery et Brooklyn Raga Massive présentent le pianiste Utsav Lal à la galerie le mercredi 11 décembre 2019. M. Lal interprétera le premier set en solo et sera rejoint par Mir Naqibul Islam sur tabla pour le second set. Les décors sont à 19h30 et 21h30. Entrée générale de 15 $ (GRATUITE pour les membres), 20 $ de table réservée (10 $ pour les membres) pour chaque ensemble.

[ad_2]